Le Clan Regashi Index du Forum
Le Clan Regashi
Forum du Clan Regashi, Guilde RolePlay sur le royaume LesClairvoyants.
 
Le Clan Regashi Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Clan Regashi Index du Forum -> Histoire du Clan -> Archives du Clan
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:09 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Sur une plage des Terres Foudroyées, on peut apercevoir une longue colonne de Murlocs réduits en esclavage par des Nagas, des navires échoués avec des fantômes de Worgens, des charognards volants, même des carcasses de baleine verdit par le temps. Les bruits du fouet d'une canne à pêche attire l'oreille. Pourtant, personne à l'horizon. Un poisson s'agite hors de l'eau, comme happé par le harpon d'un Chevalier de la Mort. On remarque le hameçon et suivez le fil transparent de la canne jusqu'à son origine. La canne à pêche bouge seule ? En s'approchant, on touche la canne à pêche, mais à peine la main eut le temps de frôler la canne à pêche qu'on sent une lame aiguisée au niveau de la gorge. Par précaution, on recule doucement. Le propriétaire de la canne à pêche apparaît. Une peau verte chartreuse, une silhouette féminine, bien que musclée. Un visage jeune qui vous interroge du regard en haussant d'un sourcil. Notons qu'une très longue natte se balance au gré des mouvement de tête de l'Orque.

Elle : Décidément, on ne peut pas pêcher tranquillement ici.

Elle a la voix Maïk Darah, elle double Whoopy Goldberg. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Maïk_Darah parce que ça ne mange pas de pain. )

Elle : Bonjour. Qui êtes-vous, que voulez-vous ?

Vous montrez votre tabard. Vous appartenez au même clan qu'elle.

Vous : On raconte que vous, Kazum, avez grandi parmi les Humains.

Elle serre la canne à pêche. Enroule le fil, vérifie le hameçon. Plie la canne à pêche et la range sur un sac de la selle du coursier du vent qui l'accompagne.

Kazum : Asseyez-vous.

Vous vous asseyez avec elle.

Kazum : A mes 10 ans, j'ai été adoptée par un couple de jeunes parents Humains, à Austrivage. Il y avait un marchand d'esclaves Orcs. J'étais la plus jeune du groupe. Une tête aux cheveux noirs comme la peau d'un rorqual. Les Orcs qui m'accompagnaient n'étaient pas d'accord pour me séparer d'eux, mais l'Humaine réussit à les convaincre pendant que son mari marchandait d'une manière glaciale avec le marchand. Et ce n'est pas une métaphore.
Vous : Comment ça ?
Kazum : *Sourit* L'Humain était un Mage de Givre. Imaginez un peu.
Vous : Ouïlle !
Kazum : Vous l'avez dit ! Après quelques minutes de discussion, le couple d'Humains m'emmènent avec eux. J'étais complètement muette, et amnésique. C'était bien plus tard, quand j'ai appris à réfléchir par moi-même que j'ai compris ça. Ils m'ont présenté leur bébé. Une fille. Elle s'appelait Basileia. L'Humaine se présente. Edith Foxton, Mage de Feu de Dalaran, au caractère plutôt Incendiaire. Vous voyez Kromtac ? Bin c'est pareil. L'Humain se présente à son tour. Luk Foxton, Mage du Givre de Dalaran. Contrairement à sa femme, il était Glacial. Ce qui les rendaient méconnaissable, c'était leur adoration pour leur gamine. C'était leur Déesse. Vu comment ils m'ont adoptée, ils m'ont également considéré comme telle. En même temps que la petite, j'ai appris l'Humain. Bon, avec plus de rapidité. Mais quand on ne se comprenait pas par le langage, on passait par les signes, des mimes, etc.
Vous : C'est tout de même incroyable que des Humains aient adopté une Orque.
Kazum : N'est-ce pas ? Ho, c'étaient les rares à me considérer comme vous le faites. Je dirai même qu'il n'y avait que cette famille. Les autres n'hésitaient pas à m'insulter grassement, sans se cacher, à me lancer des pierres, même à me faire courser par des chiens de chasse.
Vous : Quelle horreur...
Kazum : Ca... C'était rien. Mon échappatoire, c'était la pêche. J'ignore pourquoi, mais j'ai toujours été fasciné par cette activité, l'élément aquatique...
Vous : Mais vous êtes une voleuse, pas une chamane.
Kazum : Merci d'avoir remarqué. Mes talents se sont développés surtout pour éviter de me faire attaquer à chaque pas. Une fois, les Foxton avaient une réunion qui durait toute la journée, et ils m'ont confié la petite. Elle avait 2 ans, et moi 12. Je m'installe au bord d'une rivière, à l'ombre d'un arbre, la laisse crapahuter dans les herbes jusqu'à un troupeau de chevaux. Avant de faire un geste brusque, j'observe la scène. Les chevaux la reniflent et se sentent observés. Pas par moi, ni par la gamine, qui était au centre avec les poulains. Mais par un puma. Je pose ma canne à pêche sur la rive, choppe un couteau que j'utilise pour réparer mes lignes, nettoyer les poissons, et me dirige vers le fauve. Il n'était pas énorme, mais il avait réussi à défier la vue des équidés. Aussi discrète que lui, je m'approche en silence et lui saute sur le dos pour lui planter le couteau dans la gorge. Il était à deux mètres de la petite. Un couteau dans la gorge aurait dû le tuer instantanément. Mais il avait mis quelques longues secondes avant de tomber à terre. Imaginez le rodéo pour une Orque sur un tel fauve. Une fois à terre, les chevaux le piétinent, s'assurant qu'il est bien mort. J'étais tétanisée.
Vous : Attendez, à 12 ans vous avez égorgé un puma avec un couteau à pêche ? Mais vous étiez incapable de vous défendre face aux humains ?!
Kazum : Recommencez à me juger et j'vous fait pareil.

Elle avait utilisé un ton qui ne pouvait laisser un doute sur ses attentions.

Kazum : Quand j'avais raconté cette histoire à Luk et Edith, ces derniers m'ont alors confié leur maison. Les réunions des Mages de Dalaran se faisaient de plus en plus fréquentes. J'avais développé des talents pour la défense de la maison. Les Foxton avaient un petit domaine avec basse-cour, écuries, et j'en passe. Tous ces éléments pouvaient me servir pour protéger la maison des pillards. Et ils étaient légion.
Vous : Pourquoi ?
Kazum : Emmerder une minorité est hélas un défaut commun chez les Humains... Du coup, j'ai dû développer aussi de la ruse.
Vous : Comme ?
Kazum : Les Oies. Elles sont extrêmement territoriales. Pincent très fort et font un raffut de tous les diables.
Vous : Ho non...
Kazum : Et si. Quand je voyais un groupe de pillards, avec un glaçon, je pulvérise la croupe de leur chef. Cette dernière fonçait sur les premiers venus. La basse-cour suivait le mouvement en attaquant les pillards. Les autres animaux aussi étaient mis à contribution. Notamment la vache que j'avais aidé à mettre bas parce que son veau était mal placé.
Vous : *Gloups !* Charmant !
Kazum : Ho cette vache avait toujours des cornes, même son taureau et son veau.
Vous : Décidément, vous avez aussi des talents de maîtrise des bêtes ?
Kazum : *Rigole* Disons que la défense d'une maison, c'est marrant. Des fois ils arrivaient à entrer. Et là, c'étaient les chats qui s'y mettaient. Mon matériel de pêche m'était aussi utile. Des pièges sonores de-ci-de-là. Même des filets pour certains. Bon, le raffut que cela faisait réveillait fréquemment la gamine. Avec la gosse dans un bras pour la calmer et un couteau de cuisine dans la main libre, c'était pas trop facile pour me défendre et elle. Mais je réussissais à les éjecter tant bien que mal.

Son sourire était franc. Visiblement ces parties de son histoire étaient les meilleures. Mais son sourire s'efface et elle serre les poings, se lève et va nager.

Vous : Kazum ?

Une voix féminine et humaine, cette fois sort du sac de la monture de Kazum.

??? : Ha... Je suppose qu'elle n'a pas la force pour raconter la suite.

Un accent humain, mais un Orc parfait. Curieux, vous ouvrez le sac où est enfermé une tortue qui vous regarde sans crainte ni haine.

Vous : C'est si grave ?

Vous réalisez que vous parlez à une tortue et refermez le sac.

??? : Je crois que Kazum en a assez raconté, mon/ma brave. Qui sait, quand elle aura le courage de parler librement de ce passage de sa vie, vous comprendrez pourquoi elle a une peur et une haine viscérale des miens.

Voyant l'état de Kazum, et ayant écouté les conseils de la Tortue, vous décidez de faire un feu sur la plage et de rentrer au Bastion.


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:09 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:10 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
PASSAGE DIFFICILE A TENIR !


Comme à son habitude, au réveil et avant le repas du soir, Kazum est partie pécher.Vous la cherchez à son coin de pêche habituel. Elle rejoint une Humaine, qui, visiblement, lui rend un sourire si franc et tellement rare sur son visage qu'on oublierait presque que c'est Kazum. Elles se saluent, parlent aléatoirement l'humain et l'orc. Quelques minutes plus tard, l'humaine fait un feu et Kazum part nager. De loin, vous reconnaissez la voix de la tortue dans le sac. Méfiant/e, mais courageux/se, vous décidez d'aborder l'inconnue qui commence à sortir de quoi manger pour une personne. Elle est surprise de vous voir, mais pas effrayée.

Vous : Bonsoir. Kazum est dans les environs ?
Elle : Bonsoir. Kazum est partie relever des pièges à crabe. Elle aura peut-être même besoin d'aide.
Vous : Je ferai de mon mieux pour l'aider. Votre voix me dit quelque chose.
Elle : La votre ne m'est pas inconnue... Ha, ça y est, la voix qui écoutait l'histoire que racontait Kazum ?
Vous : Exact.

Vous vous présentez en premier. L'Humaine se lève et s'incline.

Elle : Enchantée. Je suis Basileia Foxton.
Vous : Foxton... Comme...
Basileia : Hoho ? Thrall racontait aussi son histoire à ses sujets ? Ca montre qu'il a une énorme confiance en ses amis, et ça c'est génial.

Elle sourit et s'asseoit.

Basileia : Kazum en aura pour un moment, et je doute qu'elle adorerait vous parler du passage de sa vie qui la tourmente tant.

Vous hochez la tête.

Vous : Peut-être que vous pourrez le raconter ?
Basileia : Ouaip. Je vais éviter de manger pendant que je raconte, mais... Permettez, je sors une gourde d'eau. Ca risque d'être long.
Vous : Faites.

Basileia se met en condition, s'installe confortablement contre une énorme masse d'écailles blanches. Vu que ça bouge, vous notez que c'est un drake albinos. L'animal dort paisiblement.

Basileia : J'avais 5 ans et Kazum en avait 15. Les miens avaient l'habitude de la charrier, l'insulter, ainsi que les autres Orcs, qui, eux, étaient esclaves... La vie était dure pour eux.
Vous : Kazum m'a dit qu'elle a été adoptée ?
Basileia : Oui, à ma naissance. J'ai gardé les papiers quelque part. A mes 5 ans, j'attendais Kazum à la sortie de l'école. D'habitude elle était toujours à l'heure, voire même en avance, en furtive pour éviter les insultes directes des miens. Mais cette fois... Elle était absente. Mes profs fermaient l'école, et mon parrain Tirion, qui passait dans les parages à cheval, s'interrogeait sur cette absence. A ce moment précis, j'ai tendu l'oreille quand j'ai vu les oiseaux de la ferme des Tarren s'envoler. Le son que j'entendais me faisait une puissante déchirure dans la poitrine. Même le destrier de mon parrain s'était mis à cabrer, et pourtant c'est une bête courageuse.
Vous : Que c'était-il passé ?
Basileia : Tirion m'a tirée jusqu'à sa selle et talonna le destrier en direction du salon des Mages, là où étaient mes parents. Mes parents avaient pris leurs chevaux et les talonnaient si fort que j'aurai juré entendre des hennissements de douleur. Prévenus par les cris de la ferme de Tarren, nous galopions dans cette direction. Tirion défonçait la porte, et je saute du destrier. Mes parents ouvrent un passage de givre protecteur autour de moi. J'étais pétrifiée.
Vous : ?
Basileia : Imaginez une seule fois votre grande soeur attachée aux poutres par les bras et aux portes des écuries par les pieds... Nue et pleine de coups de fouets... Une image pareille, ça brise une enfance.

Votre imagination vous fait vomir et vous sentez une haine grimpez en vous. Mais vous tenez le choc.

Basileia : Ils ont même été jusqu'à commettre l'irréparable pour une fille.

Vous regardez si l'Humaine se fout de votre gueule de sortir une telle histoire, mais elle vous fixe du regard, l'air grave et franc.

Basileia : Oui. Kazum a été violée et torturée. Mes parents étaient fous de rage. Si bien que leur rage avait augmenté la puissance de leur pouvoir par dix. Je slalome entre les hommes de Tarren et parviens à détacher les pieds de ma grande soeur. Tirion me suit en tranchant les liens des mains. Il porte Kazum sur les épaules et me prend sous le bras. Il voyait la rage de mes parents. C'est votre regard, mais avec beaucoup plus de rage et de dégoût. Jamais je n'ai vu mes parents ainsi. Kazum inconsciente, mon parrain la met sur le dos de son destrier. Il fait attention à ses gestes, me fait monter aussi sur son cheval et claque la croupe. La puissance du cheval était telle que j'ai failli être désarçonnée. Mais je tenais le coup. Kazum couchée sur l'encolure, moi qui manie le cheval. Nous arrivons à la maison, et sans réfléchir, j'entre à cheval dans le salon. Descend sur le canapé et fait descendre Kazum en faisant attention. Elle qui était d'ordinaire brune, arborait désormais une épaisse mèche blanche à l'arrière du crâne.

Vous vous souvenez de la longue natte blanche. Pourquoi Kazum est effrayée par les Humains, voire même éprouve de la haine envers eux.

Basileia : Je fais sortir le destrier dans la basse-cour, où il se dirige jusqu'à son maître en sautant la barrière, je vais chercher des bandages, sors mes livres de guérison sacrée, de quoi nettoyer les plaies, attacher les cheveux de Kazum... A 5 ans, je faisais le travail d'une infirmière de 18 ans. J'examine la plus grosse blessure qui se situait au dos, les lacérations... Je natte les cheveux et les attache en chignon pour avoir une vision du dos parfaite. Je l'entends encore pleurer. Elle qui me rassurait pendant mes cauchemars, c'est moi qui la rassure, dans sa langue. Je nettoie les plaies et applique un onguent avant d'utiliser des paroles de soin. Les plaies se referment. Je vois une brûlure. Trop profonde pour que la cicatrice ne se referme complètement. En y regardant de plus près, je vois que c'est une marque au fer qu'utilisent les Tarren pour marquer leur bétail. Que faire ? Déjà atténuer la douleur. Chose plus ou moins facile. J'applique un onguent cicatrisant qui atténue le froid. D'un autre côté, les animaux de la basse-cour s'affolent. Mes parents avaient foutu le feu à la grange et à ses occupants. Un incendie d'une telle violence... On en voit que pendant l'arrivée du vol rouge, ou d'Aile de Mort.
Vous : Vous exagérez...
Basileia : Non. Non, même avec un regard plus âgé, je peux vous assurer que c'était le cas. J'ai mis des heures à la soigner complètement. Une fois que les soins étaient effectués, je la laisse dormir sur le canapé, faisant attention de ne pas trop toucher aux blessures que je ne pouvais soigner. J'ai envoyé un oisillon à une secouriste de très haut niveau, celle que maman voyait fréquemment. Elle refusait d'examiner Kazum, parce que c'était une Orque. Nous ignorons toujours si elle a choppé une merde des hommes de main des Tarren ou non.

Vous fixez le feu de camp.

Basileia : Elle a mis des semaines à s'en remettre. Refusant de sortir seule.
Vous : ...
Basileia : Mais vous savez... Kazum est une battante, c'est quelqu'un qui a su rester à l'écoute, qui est restée sur la défensive, faisant son possible d'aider qui elle peut quand elle peut. Voleuse, certes, mais quand elle voit quelqu'un mal en point, elle n'hésite pas à hurler l'aide d'un soigneur, quitte à se faire entendre sur toute la zone où elle se trouve.
Vous : Oui, elle a de sacrées cordes vocales.
Basileia : *Rigole* Ca, je ne peux pas vous dire non. Du coffre elle en a. Elle est aussi débrouillarde, mais si vous avez acquis suffisamment de confiance en elle, et inversement, du haut de ses 33 ans, elle peut s'avérer très utile. Et sachez qu'elle se débrouille mieux dans l'eau que dans les airs.

Kazum revient de sa pêche, trainant des cages remplies de crabes encore vivants.

Kazum : Salut ! Tiens, j'en ai encore quelques uns à rentrer. Vous voulez me rendre service en déposant les paniers au camp ?
Vous : Basileia avec son drake peut le faire, non ?
Basileia : Nacre a traversé tout le continent à fond. Elle doit se reposer.

La drake albinos bouge la tête et la déplace contre Basileia, comme un bébé qui tient son doudou. Basileia parle en drake avec un accent moins bon que son Orc. Kazum, en tenue de bains avec un couteau à dépecer attaché à sa taille, rigole en voyant le spectacle et tire le sac jusqu'à son loup, attelé à une espèce de traîneau de fortune. Vous voyez désormais Kazum d'un autre oeil. Mais une question vous travaille : Pourquoi Kazum et Basileia n'ont pas réouvert le dialogue après toutes ces années. Vous leur demandez. Kazum répond pendant que Basileia se débat doucement avec sa drake blanche.

Kazum : Ho, à en voir votre regard, Basileia vous a raconté le passage de mes 15 ans...
Vous : Oui.
Kazum : *long soupir* Tant mieux... J'aurai pas tenu plus de trois mots... Quelques années plus tard, Taretha demande discrètement de l'aide à son oncle, le père de Basileia, pour savoir s'il voyait quelqu'un qui pourrait s'occuper d'un Orc massif. A cette époque, Basileia devait voler dans les 8 ans, et moi dans les 18.

Basileia continue à se débattre en douceur avec sa drake, mais celle-ci tient vraiment à l'avoir en peluche pour dormir.

Kazum : Luk nous demande alors d'aller à Fort-de-Durn, là où les miens étaient enfermés en camps de concentration.
Vous : Oui.
Kazum : Nous rejoignons Taretha. J'étais un peu obligée de mettre un collier de servitude aux humains avec les initiales de ma propriétaire, Basileia. Elle avait vraiment honte de me voir ainsi. Mais c'était une sorte de sécurité pour moi. On se rend au lieu, où Taretha nous présente à un Orc que l'on connait tous. Basileia avait un orc parfait, et fut étonnée de l'entendre parler couramment l'humain. Mieux que moi, même. Des soins aussi conséquents qu'une remise d'épaule en place, ou autre n'étant pas à la portée d'une humaine, même adulte, c'était impossible. Du coup, j'devais me charger de remettre les articulations en place. Parfois même redresser le dos, la nuque. Ha, il n’appréciait pas sur le coup.
Basileia : *A abandonné, semble gratter la tête de sa drake, planquée sous une aile* Qui apprécierait le fait de se faire redresser la colonne ainsi ? Il y a des soins que même la magie ne peut rien faire. La magie ne fait qu'accélérer le processus de régénération, rien d'autre.
Kazum : Exact. Pendant l'évasion de Thrall, Basileia a tranché mon collier et l'a jeté dans une fonderie. Avant de me "virer", elle m'offre la tortue qui revient. *pointe sa tortue*
Vous : Mais comment vous avez gardé contact après tout ce temps ?
Les deux : Les oiseaux.
Basileia : Certains oiseaux migrateurs peuvent devenir d'excellents messagers. On devait faire particulièrement attention aux oiseaux que l'on envoyait.
Kazum : Durant les migrations des Orcs jusqu'à Durotar et en Orgrimmar, j'ai gardé un contact avec les enfants, en m'occupant d'eux et aidant ainsi à la fondation de l'orphelinat.

Le cri d'un drake se fait entendre.

Vous : Ah, on nous attend pour le repas.
Kazum : D'accord. Basi, on se revoit plus tard.

Basileia est renversée par le réveil brutal de sa drake albinos.

Basileia : *Draconique* ZEKUL ! *orc* T'es pas bien ?!
Vous : C'est le drake du chef qui réclame aussi son repas. Votre drake n'est pas...
Basileia : Elle n'a pas l'âge de se reproduire. Mais elle est à la fois charmeuse, et provocatrice de duels. Si le drake en question a le même âge, je n'ai rien à craindre niveau reproduction... Sinon... Niveau baston, ça devrait donner, s'il appartient au vol noir.
Vous : *Vous vous souvenez de la couleur du drake en question* Vaut mieux pas que je vous le dise, dans ce cas.
Basileia : Ok, je vois. *Draconique* ZEKUL ! *Elle ordonne à sa drake de rester avec elle.*

Kazum s'habille et tire d'autres paniers de crabes qui demandent à être tirés. Vous aidez l'Orque et saluez l'humaine pour rejoindre le Clan manger un morceau.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:10 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Thrall à peine parti pour l'Outreterre que Garrosh commence à faire des modifications. Orgrimmar n'est plus aussi tranquille qu'auparavant... Pour éviter les incendies qu'ils disaient pour poser ces plaques métalliques qui défigurent la ville, les Orcs au service du nouveau Chef de la Horde se font de plus en plus violents, de moins en moins sympas avec les autres. Si bien qu'une fois...

Orphelinat d'Orgrimmar, au crépuscule.

Kazum : Les enfants, où sont les grands ?
Fillette : Des Gardes ont pris les grands, filles comme garçons de force... La Directrice ne savait pas quoi faire face à eux...
Kazum : Elle n'a rien, j'espère ?!
Fillette : N... Non, j'crois pas... Elle a crié pour garder les grands, parce qu'ils ne sont pas assez grands pour aller avec la Garde.

Kazum voyait qu'elle était moins choquée que les autres et la félicite de son courage. Des gardes vont à l'orphelinat pour récupérer les derniers enfants, Kazum s'interpose avec un instinct maternel protecteur égal au jour où elle a sauté sur un puma pour sauver sa soeur.

Kazum : Par la Mer Interdite vous n'emporterez pas un seul de ces gamins.
Garde : C'est ce qu'on va voir, Algos...

A peine eut-il eu le temps de claquer des doigts que Kazum se téléporte derrière l'Orc, un couteau de pêche orné de perles blanche et bleue qu'elle pointe au niveau de sa jugulaire, l'ayant immobilisé au préalable. Elle n'a pas fait éducatrice pour voir un tel spectacle ! Dans une rage folle, elle se met à parler le Commun avec une voix grave ponctuée de grognements sauvages.

Kazum : [Commun] Rappelle tes chiens, avant que je t'égorge comme un porc.
Garde : Algos, je suis un Kor'kron, tu ne...
Kazum : [Commun] Rappelle-les !

Elle enfonce le couteau jusqu'à piquer la chair. Les subalternes essaient de s'approcher et les fixe dans les yeux avec un air de worg alpha enragé. Les enfants s'étaient regroupés autour de la directrice en pleurant. Jamais ils n'ont vu leur éducatrice entrer dans une rage pareille.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:12 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
D'autres Kor'kron surgirent de nulle-part pour la maîtriser. Elle entra dans une rage folle et réussit à se libérer, prenant sa tortue avec elle. Les Kor'kron lui courent après, laissant les orphelins.

Là, commence une course-poursuite dont seuls les voleurs savent manier. Bon, certains se font prendre, par manque d'expérience. Kazum sourit.

Kazum : Alors, messieurs, qui veut jouer à chat ?
Kor'kron : La ... ATTRAPEZ-LA !

Kazum rigola en alternant entre sa furtivité, sa vitesse, l'agilité des voleurs et se prenant pour une yamakazi. A 33 ans, elle avait gardé une agilité d'un félin, passant entre les gardes, les citoyens, se moquant grassement des gardes, manquant de peu de se faire attraper. Les anciens la regardent courir et détaler comme un lapin, avec un air désabusé, passer sous les worgs montés, parfois se cachant sous les kodos des Taurens qui la regarde d'un air amusé. Elle les fit balader dans tout Orgrimmar ainsi, gagnant, parfois quelques poursuivants. Elle voit les Voleurs effectuer des paris "prise-pas-prise" et rigole de plus belle.

Lorsqu'elle en eut assez, elle se planque, dans un endroit toujours effrayant pour les Kor'kron : les sous-sols. Beaucoup de rumeurs courent dessus (meurtres, magies en tous genres, pas spécialement chamanique ni guerrier) et font chez nos potes les Kor'kron, le même effet que plonger leurs bijoux dans un seau d'eau de Norfendre (m'voyez, messieurs ?). Kazum attend que ça se tasse, quelques heures en en profitant pour piquer un roupillon.

Voleuse : Tu exagères, pour ces adolescents, Kazum.
Kazum : T'as un problème, Karmina ? Attends, je veux bien qu'on se tire dans les pattes avec l'Alliance. Ca a toujours été comme ça. Mais là, ça se tasse, non ? J'veux dire, pas besoin de les arracher comme ça à leur enfance, déjà volée par l'absence de parents...

Quelqu'un déboule, visiblement essoufflé, un jeune Troll, tout juste adulte, accompagné d'un raptor.

Troll : Cairne Sabot-de-Sang a provoqué Garrosh à une Mak'gora.
Kazum : Une quoi ?
Voleur Orc : Un duel à mort... Quelque chose a dû se passer pour mettre ce Tauren en rogne.
Kazum : Comme quoi ?
Voleur : Trop énorme... Bon, tout le monde sera à ce duel... Profites-en pour récupérer les petits. Prends quelques voleurs avec toi.
Kazum : ... Merci beaucoup.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:12 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Bon, la descente ne s'était pas spécialement bien finie, mais Kazum avait récupéré les gamins, et c'est tout ce qui comptait pour elle... Cependant, la Directrice de l'Orphelinat en eut assez des coups de sang de notre p'tite tête perlée et l'a virée.

C'est alors qu'avec son maigre salaire, sa tortue, son matériel de pêche et un bouquin plutôt vieux avec un encrier et une plume qu'elle décide de visiter correctement Orgrimmar. C'est vrai, courir après des gamins, c'est pas non plus une vie. On a des œillères pour vérifier s'ils vont bien. Elle se souvient que l'éleveur au chenil avait une dette envers elle pour les soins qu'elle avait offert aux loups, elle et les orphelins. Il lui fit cadeau d'une louve brune aux yeux bleu. Bon, plutôt jeune, qui avait à peine fini son éducation. Mais pour Kazum, cela suffisait amplement. Elle décide de baptiser cette louve Taretha. La médaille frappée par un forgeron, la selle et le collier récupérés d'un ancien loup de guerre qui avait fini ses jours en Norfendre, Kazum se lia d'amitié plutôt rapidement avec l'animal.

Ce livre ? Elle l'a emporté avec elle. Ne vous demandez pas comment elle a réussi à se balader ainsi avec un tel bouquin... La couverture est en cuir très usé, mais pas par les chocs ou les rayures. Mais par le temps. Les pages avaient jaunies aussi.

Kazum se livre facilement à des amis. Peut-être parce que des seules connaissances qu'elle ait soient les réseaux de Voleurs qui vivent en Orgrimmar. Mais elle se confia surtout à son cahier. La couverture est gravée d'un titre à rallonge en langue humaine : Ce Journal appartient à Perla Kazum ALGOS FOXTON, l'Orque de l'Eau.

Kazum s'asseoit contre Taretha, fixa les étoiles. Elle le fit souvent quand elle vivait en Hautebrande. Edith lui racontant des histoires sur les diverses constellations, et inventait même des constellations et des histoires. Elle ouvre le livre, et la première page était une gravure dorée sur fond noire, représentant une famille d'humains composée d'un Père, d'une Mère, d'une très jeune fillette et de Kazum. Elle sourit en caressant la gravure et décide d'écrire avec une écriture qu'elle essayait toujours de soigner, et en langue orque.

~

Les Voleurs deviennent de plus en plus inquiets, surtout quand Thrall est parti. Certains parlent d'un régiment de Mercenaires qui recrute de tout. Le Sceau de Féode. Qui sait, si j'essaie de les contacter, je pourrai me faire recruter. Pour l'instant, avec mon maigre salaire, je crois que je vais surtout pêcher et regarder les étoiles en repensant à eux. J'ai trouvé un endroit plutôt calme et proche de l'eau.

Je me suis déplacée jusqu'à leur QG, aux Tarides. Aux premières observations, ils sont bien entraînés militairement. Bon, un Kor'kron leur aurait déjà rigolé au visage, voire insulté. J'en dénombre pas mal. Les Taurens semblent être en supériorité numérique. D'après les noms, ils s'appellent Khrystale, Ansekwa, Polar, Zohungaar. Je vois aussi un Mort-Vivant. Celui-là se fait appeler Dwargmf. Des Elfes de Sang, aussi. Faalkos et Rhavès. Même un Troll s'est joint à eux. Lui, il se fait appeler Athnos. Il y a un Orc avec eux, aussi. Kromtac.
Visiblement, ma présence les gêne, et ils n'hésitent pas à m'encercler. Ils sont intimidant. Surtout Ansekwa et son armure enflammée. On dirait un brasero marchant. Je leur annonce direct la couleur : J'ai entendu parler d'eux et j'aimerai me joindre à eux. Leur question pour me faire rentrer ? Thrall ou Garrosh ? Hein ? Ha, mes préférences politiques... Évidemment, Thrall. Tous furent agréablement surpris.

Des entraînements, on en a eu pas mal. A force d'observer les gamins et leur entraînement, je me suis même permise des petites propositions à leur entraîneur, Dwargmf. Il semblait apprécier ces observations.
Plus tard, un autre Elfe de Sang se joint au Sceau. Helkazard. Très vite Rhavès et lui se disputent comme poisson et chat. Quoi de plus normal pour un Paladin et un Chevalier de la Mort. Qui sait, ils feront un bon couple...

Ansekwa nous annonça une attaque contre un camp d'archéologues de l'Alliance. Tout le monde y était. Même un mort-vivant que je n'avais jamais vu : Staadnau. Visiblement, d'après la réaction de Dwargmf et ce que j'en ai appris, il bosse pour Fossoyeuse même. J'étais assommée. Faalkos appelle à l'aide et Helkazard me file un coup de main avant l'explosion finale. Nous finissons le "travail" en achevant les derniers archéologues.
Ansekwa était fou de rage en voyant Staadnau. Préférant laisser les différends du chef et du mort-vivant, Athnos me prit à part pour me dire qu'il était amoureux de moi. Là, je ne savais pas quoi dire.
En dehors de cette parenthèse, j'ai commencé à me sentir dans une troisième famille. Ou une quatrième, si un jour je me rappelle de mes origines.

Les Foxton me manquent terriblement. C'est une date à double tranchant... C'est à la fois la libération des Orcs de Fort-de-Durn... Mais aussi... La décapitation de Taretha... J'ai préféré m'isoler pour chanter la Lok'vadnod de Taretha Foxton. Non sans difficulté, car sans elle, je serai certainement handicapée à vie du bras gauche. {{{Spoiler}}} J'ai fini ma nuit en serrant ma louve dans mes bras. La brume avait commencé à couvrir l'endroit avec douceur. Malgré mes larmes, j'ai dormi comme un charme.

Il y a eu des changements entre mes derniers écrits et aujourd'hui. Des mois se sont écoulés et on a eu pas mal de changements. Des membres de plus en plus discrets, certains s'absentent des mois sans rien dire. Le Sceau est devenu le Clan Regashi. Ansekwa s'est pointé comme une fleur sur un drake noir.

(à suivre, j'commence à fatiguer Smile )


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:13 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Taretha, Edith, Luk (bien que réveillé), Faalkos disparu, Ansekwa et très bientôt Sallen... Toutes les personnes qui l'entouraient mourraient. C'était trop pour Kazum qui préféra quitter Shattrath pour rejoindre le Trône de l'Eau. Le Capitaine fut, malgré lui, la personne de trop qu'elle allait perdre, et se mit à pleurer de tout son soûl au bord de l'eau.

Les Elémentaires, d'ordinaire agressifs, devinrent neutres, voire même amicaux pour certains. Ils lui parlent dans le langage Kalimag aquatique.

"Les Chamans Aquatiques sont des Chamans bien plus sensibles que d'autres, Fille de l'Eau."
"Nous veillons sur tes Rêves, tes Cauchemars."
"Nous connaissons tes Peurs."
Kazum : Veillez à ce qu'il atteigne son but dans l'Honneur.
"Fille de l'Eau ?"
Kazum : Le Chevalier Capitaine Sallen Whitehull, Capitaine du vaisseau Le Miroir de Tiras. Je veux que vous le protégez. Noyez tout ce qui entraverait sa route. Donnez-lui la Force dont il aura besoin. J'apporterai tout mon soutien qu'il vous faudra pour effectuer une telle tâche.
"C'est risqué, Fille de l'Eau."
Kazum : Et après ?! Regardez-moi. Vous m'avez soignée d'un nombre incalculable de mes Peines sous la forme de la Pluie, m'avez aidée à Méditer par le biais des Brumes les plus opaques, Soignée dès que je me baigne dans l'Eau, protégé mes Nuits dès que vous êtes sur mon visage. Vous le faites sans que j'avais à demander quoi que ce soit. Là, je vous demande votre aide pour un ami qui va se sacrifier. Faites de votre mieux.

Elle avait un ton qui ne laissait pas le choix aux Elémentaires.

Kazum : Noyez les ennemis qui entraveraient sa route et son but.
"... Tu parles comme ta mère avant qu'elle rencontre ton père."
Kazum : BOUGEZ-VOUS !

L'orage commençait à gronder. Les Elémentaires se regardent et s'unissent en une sorte de gros nuage porté par les vents. Kazum semblait être entourée d'une aura spirituelle bleue avec des éclairs plutôt rares. S'il y avait un témoin de la scène, il aurait dit que Kazum marchait sur une flaque d'eau, que l'étang du Trône de l'Eau s'était vidé en dix minutes et qu'un énorme nuage noir grondant tel un tonnerre s'était dirigé pour accompagner le Mort-Vivant.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:13 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum profite de ce voyage en mer et d'Holfnar à la barre pour écrire dans son livre, bientôt fini. Gauchère avec une écriture de droitière, elle fait attention à ne pas tacher son écriture déjà assez grossière.

J'ai tenu la promesse que j'ai faite au Capitaine. Menetil m'avait apporté son heaume tirasien. J'étais clairement mal à l'aise, comme pour la mort de Taretha. J'étais à la tête de la cérémonie... J'ai honte de n'avoir rien su trouver comme discours d'adieu. Il y avait Holfnar et Bogarkh avec moi. Vu la disparition inexpliquée des Aubelame, mais aussi des autres membres de mon rang, j'ai été élue malgré moi à la tête du Clan Regashi. Moi, une petite voleuse éducatrice à l'orphelinat Plainteguerre... Jamais je n'aurai imaginé un tel destin... J'ai hérité d'une grosse partie des biens du Capitaine aussi. Même de sa Conque qui lui permettait d'appeler Astréos, son dragon du vent de l'ouest. Un jour, sans savoir pourquoi, d'instinct peut-être, j'ai appelé Astréos. Lui aussi avait un cadeau.

Elle jura en voulant continuer son récit : Il n'y avait plus une seule place de libre. Elle range la plume, ferme l'encrier et le livre, puis regarde Raïja endormie, prenant toute la place qu'elle peut dans le lit. Elle sourit, attendrie, puis songe aux précédents Chefs du Clan. Qu'auraient-ils dit d'une telle transformation ?
Elle ouvre son livre en le feuilletant jusqu'à ce qui semble être un croquis de famille, où un oeil averti aurait reconnu Ansekwa, Dwargmf, Polar, Kromtac, Holfnar, Faalkos, Khrystale, Athnos, Rhavès, Zohungaar, Helkazard...

Kazum : Clairement, qu'en auriez-vous pensé ?

Elle regarde l'Océan, d'un calme quasi plat, et rejoint Raïja pour dormir.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:13 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum était en plein sommeil. Mais elle était agitée. Raïja réveillée grogna à pleine dents en direction de l'extérieur, crépitante de foudres.
La nuit fraîche fut de mauvaise augure, le vent se montrait... Défensif.
L'Orque à natte nacrée était trempée. Non pas de l'eau chamanique qui était devenu un rituel du soir. Mais de sueur...

Garrosh : Les tiens sont morts, Kazum de la Dent Noire ! Ton petit Clan minable et tes amis aussi. Tu es seule !
Kazum esquivait les coups de Hurlesang qu'elle sentait encore empoisonnée de l'huile de Magatha.

Raïja rugissait face au Nord, fumante de frayeur : Quelque chose s'en prenait à sa mère.
Quelques minutes de cauchemar... C'est vivre un enfer.

Kazum vit les cadavres de ceux qui l'avaient entourée, encouragée. Elle fit face à un Garrosh qui devenait une chose indescriptible aux nuances de violet.
Un mastodonte de feu se lève des morts. Un titan ? Non. Un Tauren. Un Tauren en armure enflammée aux poings de feu. C'était pas un Chaman. La noirceur du cauchemar de Kazum lui laisse juste de quoi deviner qui est ce Tauren.

Ansekwa : C'est comme ça que tu te défends ?
Kazum : Grand-Ch...
Ansekwa : Réveille-toi. Laisse donc un Mort se charger de ton cauchemard.
Kazum : Mais...


Quelqu'un secoue Kazum pour la réveiller. Une autre montagne à cornes. Elle se réveille, fébrile, tremblante, faible. La montagne cornue la prend dans ses bras pour la calmer. La lumière des braseros présents encore allumés présentaient un Zohungaar torse-nu. La vue de Kazum s'améliorait peu à peu, elle voyait qu'il a été tiré d'un sommeil bien mérité par les rugissements de Raïja.

Zohungaar : ALGOS ! Réveille-toi ! C'est un cauchemar.
Kazum : Z... Zohungaar ?
Zohungaar : Là... C'est fini.

Elle ne put s'empêcher de craquer. Pour la première fois à Ramkahen, il pleuvait. L'orage défensif tournait autour de l'oasis désertique. La pluie tomba une grosse partie de la nuit. Raïja était entourée d'un bouclier de foudre et va voir Kazum pour se blottir contre elle, montrant les crocs à l'accès de la chambre.

Kazum : Je... J'ai vu Ansekwa...
Zohungaar : Comment ça, t'as vu Ansekwa ?
Kazum : Je crois que c'est lui qui t'a fait venir à moi... Merci.
Zohungaar : T'aurai fait pareil pour chacun de nous.

Elle sourit, serrant doucement Raïja dans ses bras. Raïja lui lèche le bras, se calmant peu à peu.

Zohungaar : Raconte-moi.

Le climat à Ramkahen retrouve son cycle normal, l'eau finit de ruisseler. Kazum boit un grand verre d'eau avant de raconter son cauchemar à Zohungaar qui l'écoute avec la plus grande attention.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:17 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Une autre nuit agitée pour Kazum. Cette fois, elle était à Durotar, à pourchasser des Gobelins, en direction du Nord. Kazum avait les yeux rouges luisants, sa bouche écumait une rage maternelle. Elle galopait aussi rapidement qu'un destrier lancé avec une aura de croisé.

Kazum : Rendez-moi MA FILLE !

Raïja pleurait en se débattant contre celui qui la tenait fermement dans une combinaison en plastique. Les Gobelins l'avaient bâillonnée et ficelée comme un vulgaire saucisson. L'un d'entre eux s'était permis de la tripoter et lui caresser le visage.

Kazum accéléra la course. D'un point de vue IG, elle serait à 300%. Les chauffeurs Gobelins furent effrayés face à cette louve qui semblait sortir tout droit des Enfers Venteux.
D'un élan calculé, elle plonge sur l'engin, encaissant aisément une balle dans l'épaule.

Kazum : RAÏJA !

Dans son rêve, Kazum bondit en égorgeant les tripoteurs. Mais elle fut enfermée en cage avec sa fille. Avec un de ses anneaux de natte, elle défait les liens de sa fille, qui refuse de la lâcher, plantant ses griffes sur sa chair. Kazum eut mal, mais fut légèrement rassurée, la serrant en douceur dans ses bras.
La suite de son rêve, Kazum vit avec horreur que Raïja était devenue la favorite d'un Gobelin particulièrement horrible et ignoble. Kazum fut droguée, enchaînée, puis offerte en cadeau à un mastodonte, séparée de sa fille. Une autre rage l'envahi malgré la drogue dans ses veines.

Kazum : MONTREZ-MOI VOS VISAGES !

D'ambiance sombre, son rêve se vide du semblant d'environnement et les deux personnages sont mis en évidence : Raïja attachée telle un animal de compagnie à Gallywix et elle, son bras très fermement tenu par... Un Orc aux mêmes yeux qu'elle ?!

Orc : Kar'hona, réveille-toi ! On se veut te faire peur, ma fille ! Tu es une Orque du Clan de la Dent Noire ! Prouve-leur ta valeur !
Kazum : Kar...
Orc : Sois digne des pouvoirs de ta mère ! DECHAINE LA FOUDRE !

Kazum se réveille en sursaut, inspirant comme si elle venait de nager en Vasjh'ir en apnée sans la bénédiction de Neptulon, seigneur des lieux.
C'était pas Zohungaar à son chevet, cette fois... Mais Zor'Jin.

Zor'Jin : Ca va aller, Kazum'Jin ?

Encore sous le choc, Kazum resta bien le reste de la nuit éveillée.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:18 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum s'entraînait à grimper aux palmiers, agile comme un chat, elle avait laissé son kilt et son tabard au sol pour plus de confort. Raïja la suivait, non sans difficultés et demande aux vents de la guider, silencieusement. Accrochée à une palme, Raïja dans un bras, Kazum tenta un nouvel exercice : La vision Chamanique. Elle se souvient où elle avait laissé le Miroir. Vision d'horreur : Le Miroir a été localisé par l'Élite Kor'kron.

Kazum : Pas mon livre... Pas ça...

Hé bien si. Les Kor'krons avaient réussi à mettre la main sur quelque chose de très solide contre le Clan : Le journal de Kazum.

Kazum : [cri] LES SALOPARDS !!!

Zor'Jin tourne vivement la tête en direction du palmier où étaient perchées Kazum et Raïja. Cette dernière avait rapidement sauté hors de son perchoir, et rejoint les autres.

Kazum : C'est foutu...
Xano : Quoi ?
Kazum : Je tiens un journal depuis que j'ai dix ans. Sauf que les Kor'krons ont mit la main dessus ! Ils sont au Miroir de Tiras !

Zohungaar sortait d'une sieste au soleil, ouvrant brutalement les yeux.

Zohungaar : Tu veux dire qu'ils ont de quoi nous faire exécuter en place publique ?!

Kazum réfléchit. Elle a déjà dû suivre ce genre de situation en déménageant avec les Orcs qui ont suivi Thrall.

Zor'Jin : Kazum'Jin, ma gwand-mèwe est là pouw nous pwéveniw de l'awwivée des Kow'kwon.
Zohungaar : ... Comment tu vois les choses ?
Kazum : ...
Zohungaar : Algos ?

Kazum nageait en pleine marrée houleuse. Son cerveau était en ébullition.

Xano : Ma tête vaut 20 000 pièces d'or, celle de Zohungaar en vaut 135 000 et celle de Kazum 75 000. S'ils sont intelligents, ils pourront se faire plus de 200 000 pièces d'or.
Zohungaar : Je n'ai pas suivi une Orque sans le sens de la stratégie. À l'époque du Sceau, c'était elle et son service des renseignements qui établissait les premières lignes pour établir les plans de bataille.

Raïja ronronnait pour se rassurer, voyant sa mère établir des plans de toutes sortes, avec des évaluations de chances de réussite.

Hai'yo : Kazum'Jin... Tu n'es pas seule, tu sais. Si mon petit fils t'a wejoint, c'est pas pouw wien.

Kazum regarde la Trollesse, et sourit franchement.

Kazum : On va récupérer le Miroir. Zor'Jin, tu m'avais parlé de ton chamanisme maternel ? Fais en sortes que les éléments soient de notre côté. Zohungaar, j'ai vu ta valeur face à une douzaine d'humains à Surwich. Prépare-toi à réendosser ton armure et à te réarmer. Xano, si tu as récupéré assez de mana, révise tes sorts démoniaques. Hai'yo, j'ignore vos compétences, mais vous allez m'aider. Vous savez coudre le cuir, dessiner des patrons ou même pécher et cuisiner, voire mieux... Masquer ma fille au regard de ces chiens galeux et au flair de leurs animaux. Qu'il ne lui soit fait aucun mal.

Kazum tire une ombre, pointant la dague verte du Capitaine sous la gorge du Voleur.

Kazum : On n'aura pas le temps, alors toi prie tes Loas pour rentrer et prévenir Vol'Jin.
Voleur : Vol'Jin ?! Mais pouwquoi ?!
Kazum : Parce qu'on va lui rendre une visite dans quelques jours. Avec le Miroir de Tiras, navire du célèbre Tirasien Volant.
Xano : Heu, youhou, ce sont les KOR'KRONS qui ont ton navire et des preuves solides contre toi.
Kazum : Edith et Luk Foxton avaient placé un sort de protection sur ce livre. Personne d'autre à part mon propre sang peut l'ouvrir. On va récupérer les deux. Nous avons les éléments avec nous, la magie du soleil et celle des ténèbres. Mais avant tout nos intelligences. Si vous m'avez rejoint et rejoint le Clan, c'est certainement pas pour vous dorer la pilule tels des péons sous les arbres. Utilisez vos ruses. On va augmenter nos primes, les enfants.

(Dispo à RP avec tout ce joli monde voire plus :3)


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:19 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum regarde le ciel. La Lune était haute dans le ciel. Elle tourne la tête en direction d'Holfnar, à genou. Le début de son plan avait bien fonctionné : les changements de costumes étaient tels que le paisible Tauren, élève de Hamuul Totem-Runique, passait pour un puissant combattant. Elle se souvient de la nervosité de Trichlieu. Et que Xano était bizarre.
"À trop souvent changer de forme, on en oublie presque qui on était avant."

Elle referme son livre, et range encre et aiguille. Elle se couche sur le dos, les bras installés de telle manière à lui en faire un traversin et ses cheveux enroulés de telle manière à en devenir un coussin en tresse blanche.

Louve : "Kazum... Je suis fière de toi..."
Kazum : Le Démon de Hai'yo. Il agissait comme un protecteur.
Louve : "Comme toi. Comme le Givré. Comme Xano."
Kazum : *brève réflexion* Attends, tu me dis que le Démon est la réincarnation du père à Zor'Jin ?
Louve : "C'était aussi évident que tes cheveux blancs."
Kazum : ... Donc. Ça serait grâce à lui que Hai'yo s'en soit sortie ?
Louve : "Tu sais, il n'y a pas plus puissant ni dangereux que les instincts de protection de progénitures."
Kazum : Tu as raison...

Elle se souvient de la puissance animée par la protection paternelle de Luk à son adoption. Il avait congelé les vendeurs d'esclaves. Si bien que même la forge des Contreforts ne pouvait pas leur rendre la rigidité cadavérique normale avant deux semaines. Et Edith. À ses 15 ans, Luk et Edith Foxton étaient entrés dans une rage titanesque lorsqu'ils ont appris par Basileia l'agression de sa sœur ainée. Ce jour-là, la peur de Kazum naissait. Luk et Edith avaient fusionné leurs pouvoirs destructeurs pour nettoyer les affronts... Non. Venger leur fille aînée.

Louve : "Si tu savais... Ton père biologique et tes frères et sœur biologiques sont morts... Pour ta survie."
Kazum : P... Pardon ?!

La louve en avait trop dit. Kazum eut de brutaux souvenirs. Une Orque, musclée comme une guerrière, tuée d'un coup de masse à l'arrière du crâne.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:20 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Holfnar avait fabriqué un remède à base de plantes pour les migraines de Kazum causées par ce surpuissant manque de sommeil. Si bien qu'à peine eut-il franchi la porte de la chambre du Capitaine, Kazum l'attaquait avec divers projectiles. Livres, lampes, etc.

Holfnar : Kazum, c'est moi, Holfnar.
Kazum : Il veut m'empoisonner le Tauren, hein ? M'empoisonner pour mieux m'affamer ?

La voix de Kazum n'était pas habituelle. Elle était plus grave, primitive. Holfnar vit le pot de fleurs. Il fit appel aux racines de celles-ci pour immobiliser Kazum en s'excusant.

Holfnar : L'eau est inefficace contre les plantes, sachez-le.
Kazum : Rhaaaa ! RACLURE !

Kazum avait le visage défiguré par la haine. Holfnar vit que l'Orque luttait contre une puissance qui la dépassait.

~

Quelque part au Berceau de l'Hiver, Basileia continua d'appeler sa Drake. Mais seul le blizzard local lui répondait. Le froid était la seule présence. Habituée à de tels climats, l'Humaine le bravait. Ce qui la tenait en survie, c'était sa rage contre le Démoniste qui s'en prenait à sa sœur. Sauf que voilà : Suite au lien mental que Neeru a établi à Kazum, il sait où se trouve Basileia... Et qu'elle monte une des rares drakes albinos sans vol draconique, car trop faible.

~

Neeru : Grand Chef de Guerre. Rapport quotidien.
Garrosh : Je t'écoute.
Neeru : La barrière mentale de la Perle est fêlée. J'ai pu y entrer et la rendre si folle qu'elle en a attaqué l'un des siens.
Garrosh : Parfait.
Neeru : Mais...
Garrosh : Mais ?
Neeru : Ils ont fait appel à un partisan de la Lumière.
Garrosh : QUOI ?! Comment ? Ils n'ont pas de tels magiciens avec eux !
Neeru : Non, c'est une aide extérieure. Le dernier contact qu'elle a eue avec la Lumière était ce Tauren à peau brune et cornes blanches. Cela m'avait éjecté hors de son esprit de manière brutale. J'avais les yeux brûlés par le Soleil.
Garrosh : Un Marche-Soleil... Et cette fois-ci, qui sera la prochaine aide ?
Neeru : Une certaine Basileia. C'est une faible Paladine, à ce que j'ai compris.
Garrosh : Si elle réussit à te sortir de la tête de la Perle...
Neeru : Les Démonistes craignent la Lumière. Celle du Tauren était à son image, brutale et violente. La Paladine se disait faible en matière de magie sacrée.
Eitrigg : Elle ne l'est pas. Elle avait effectué une Imposition des Mains à l'âge de cinq ans.
Garrosh : Comment sais-tu cela, Eitrigg ?
Eitrigg : J'ai mes sources, Garrosh. Cette Paladine est aussi givrée que son père. Mais aussi dangereuse qu'un Nain au combat.

Garrosh hurlait de rire.

Garrosh : Qu'on me ramène sa tête !

Le message est rapidement transmit. Les chevaucheurs de manticores prirent leurs sacs et de quoi se couvrir pour voler à la recherche de la Paladine. Neeru indiqua la zone où était localisée la jeune femme.

Garrosh : Neeru. Cherche ce que cache cette femelle. Retourne ses cauchemars contre elle s'il le faut.
Neeru : Avec plaisir.

Il retourne à son activité principale.

Neeru : Laissez-moi bosser, Trolls inutiles !

Il repousse les efforts de Zor'Jin et sa grand-mère.

Neeru : Malin le Gobelin et son démon osseux. DU VENT !

De même pour Xano et Sakar.

Neeru : À nous deux, la Perle. Montre-moi ce que tu caches dans ta carapace.

Kazum courait à en perdre haleine, dans une plaine noire recouverte de cadavres. Un démon d'os sort de terre. La Louve, souvent au contact de Sakar, bondit sur le démon tous crocs dehors, en plein sur le visage.

Neeru : Hors de mon chemin, SAC A PUCES !

Il attrape l'animal par la peau du cou et l'éjecte. Kazum aussi est propulsée. Elle heurte violement un rocher, le souffle coupé, elle ne peut plus fuir. Le Démon l'attrape et semble aspirer son âme.

Kazum : NOOOOOON !!!
Neeru : Que vais-je découvrir ?

Un loup d'eau choppe le démon et l'éjecte hors de portée de Kazum. Un autre loup électrique se joint à lui.

Kazum : R... RIEN DU TOUT !
Neeru : Ne fais pas ta timide, princesse et montre à Tonton Neeru !

Les loups fantômatique, aquatique et électrique forment un bouclier animal autour de Kazum qui se relève avec difficulté, et fait front, malgré la faiblesse que ce cauchemar lui procure. En position de combat, elle aussi fait front, fixant son agresseur du regard.

Neeru : Tu es faible ! Comme ta mère !

Des dards noirs transpercent les loups qui encaissent avec difficulté. Kazum décida de donner des coups en traître. Mais comment tuer un démon d'os et de magie noire ?

Ce sommeil fut aussi long qu'un coma. Ce combat dura une éternité. De leurs côtés, les membres du Clan Regashi se démenèrent chacun de leurs côtés pour maintenir un certain équilibre naturel, magique, social et vital.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:20 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum s'était assise sur le lit, fixant la trainée provoquée par le Miroir de Tiras. Elle avait mémorisé les emplacements qu'avait indiqué le Naga qu'elle avait fait épargner et soigner. 9 ans d'éducation diplomate, c'est utile. Elle était même prête à assumer les violences causées par son Clan. Zor'Jin était l'étincelle qui consume des brasiers de colère et de combat. Selon elle, Holfnar est à l'image de Cairne : Calme comme le vent. Xano et Aeg semblaient représenter la Terre : Solide couple et parents protecteurs. Elle sourit en imaginant les rôles chamaniques que chaque membres du Clan auraient pu représenter. Elle avait posé la poupée vaudou qui représente Neeru dans un placard fermé par un simple petit loquet.

~

Neeru se tenait la tête pendant qu'il essayait en vain de faire son rapport sur sa défaite. Garrosh était furieux.

Garrosh : Donc, lorsque tu as continué ta mission, un serpent est venu jusqu'à ton crâne pour t'inoculer du venin gangréné ?
Neeru : Ma tête... Comme si elle était pressée par deux ogres... O... Oui, Chef.
Garrosh : Tu n'as pourtant pas les traces de ce genre d'agression. Et ta tête n'a rien.
Neeru : L... Le serpent... Énorme, b... blanc...p... Presque aussi gros qu'Alexstrasza... En dragon... Hugn ! Le venin... Du gangrevenin u... Utilisé p... Par les démonistes d... De haut niveau...

Vol'Jin entre, accompagné par ses élites. Et rigole en voyant Neeru.

Garrosh : Que fais-tu ici, Troll ?
Vol'Jin : Mon wôle de Chef, Huwlenfew. Dis-moi, ton gaws est sous l'empwise d'un Vaudou d'adolescent. Et la colèwe d'un Loa des eaux... *siffle* Dwamballa... Pouwtant c'est pas un agwessif.
Garrosh : Tu veux dire que c'est toi qui l'a envoûté ?
Vol'Jin : Et quel intéwêt j'en tiwewai ? Ton gaws devwa pwendwe de longues vacances, parce que visiblement, il s'est mangé un joli contwe-sowt. J'sais pas à qui il s'est pwis, mais cette pewsonne a du wépondant.
Neeru : MA TÊTE !
Garrosh : LA FERME !

Vol'Jin rigolait intérieurement ses gardes eurent du mal à cacher leur air moqueur. C'est vrai, tous les Trolls savent manier cette base de la Poupée Vaudou pour l'avoir testé sur quelqu'un pour se protéger, protéger sa famille, avoir la femelle qu'ils convoitent...

Garrosh : Comment on peut s'en débarrasser ?
Vol'Jin : Cet Owc doit avoiw des vacances pour ses missions... Foutwe la paix à sa pwoie. Plus il continuewas, plus il souffwiwa.
Garrosh : Tu sous-entend que s'il continue...
Vol'Jin : Tu pewdwas un Orc adepte de magie noiwe.
Garrosh : Et toi, tu peux lui enlever ses malédictions ?
Vol'Jin : "Et puis quoi encowe ?" Non.

Les élites Trolls masquent leur étonnement.

Vol'Jin : Aller contwe un Vaudou c'est s'exposer à des conséquences aussi tewwibles et contagieuses que la peste de Sylvanas, Gawwosh. Aussi bien pouw toi que pouw les tiens, les miens et moi, je wefuse de m'exposer à ce genwe de jeu. Je wefuse d'avoiw ça sur la conscience.
Garrosh : Comme si t'en avais une.
Vol'Jin : *calme ses Trolls qui hérissent le poil*

~

Kazum s'amuse avec l'eau. Elle faisait des serpents à l'image du Loa aquatique, et le Naga qui s'était visiblement montré coopératif. Elle essayait de faire d'autres créatures telles que des tortues de mer, des poissons, un dragon des vents...


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:35 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Elle flânait, tel un chien qui attendait le réveil de son maître, au Bastion de la Horde, aux Grisonnes. Elle s'endormit, aux côtés d'Aeg, lui servant aussi de plaid douillet. La Gobeline a le réflexe de prendre l'encolure de la louve dans ses petits bras et de la serrer doucement. Kazum s'endort.

Le rêve est rapide. Elle marchait au pas, au beau milieu d'une Orgrimmar florissante, mais toujours aux débuts du règne du chef intérim qu'est devenu Garrosh. Des voix l'appelaient. L'accent était elfique. Les voix lui indiquaient de se rendre au Fort Grommash. Elle y allait. Là, elle y découvre la clique habituelle de Garrosh. Plus. Un Prêtre Mort-Vivant. Les voix... C'était lui. Il sourit. L'appelle. Elle se fait méfiante et va s'asseoir à côté d'un Tauren du Cercle Terrestre. Vu sa décomposition avancée, le Prêtre menait tant bien que mal deux confessions. L'un était un Orc Guerrier. Qui en avait marre d'obéir à Garrosh, mais qui voulait protéger les siens de l'Alliance. L'autre était une Trollesse Druidesse. Celle-ci avait dépensé 80 000 pièces d'or pour le dernier cri des meilleurs alchimistes : La Fiole des Sables. Kazum attendit la fin du prêche mené par le Prêtre pour lui demander si c'était toujours ainsi. Ce dernier sourit et dit que cela se fait de plus en plus rare. Mais qu'il appréciait.

Ce qui étonnait Kazum, dans son rêve, c'est le fait que Garrosh soit resté de marbre.

Elle fit un micro-réveil, se demandant si le Loa-Serpent blanc que Zor'Jin avait invoqué pour la soigner de ses cauchemars n'avait pas fait des siennes.

"Dommage que cela soit un Bastion sous le contrôle d'Hurlenfer... J'aurai pu écrire ça... Bah, j'y ferai plus tard."

Puis, elle se rendort.


Revenir en haut
Skype
Tenjin
Chef du Clan

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mar 2015
Messages: 143
Localisation: Je chasse des clampans sur les côtes des Îles de l'Écho

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 21:38 (2015)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche. Répondre en citant

Kazum Algos a écrit:
Kazum s'était endormie à l'auberge d'Onekwa. Le petit serpent blanc de Dwamballa se blottissait contre elle, profitant ainsi de la chaleur corporelle de l'Orque. Elle rêvait.

~Rêve~

Orgrimmar a bien changé. Il n'y a plus cette animation où vivaient les Orcs avec les Trolls, les Taurens, les Gobelins, les Morts-Vivants, les Elfes... Même le récent passage d'une race redécouverte. Kazum était au fond d'une cale, nue, aux très récentes blessures qui parcouraient son corps, ses cheveux détachés qui masquaient tristement les blessures. Elle avait mal. Elle entendait un cri qu'elle avait déjà entendu aux Grisonnes. Mais ce cri n'était pas si éloigné dans le temps. Non, ce cri est un cri bien plus récent. Elle pouvait difficilement discerner deux langues : La langue des Orcs, et la langue des Humains.

Kazum : Une autre guerre, hein...

Elle fermait les yeux et voulu voir d'où cela provenait... Avec Garrosh aux commandes, Orgrimmar a subi bien des modifications... Mais elle chercha la source du cri. Et là, elle les vit. Cette marée violette... Non, pas violette. Elle pousse son regard aussi loin qu'elle le pouvait : Des navires. Des navires portant les étendards de l'Alliance et de la Horde. Mais quelque chose avait échappé à Kazum : Pourquoi ils ne s'entretuent pas ? Parmi cette flotte, elle remarque le petit Miroir de Tiras. A la barre, un Orc qu'elle n'avait jamais vu. A la vigie du Miroir, un autre Orc qui fixait la terre de Durotar. L'équipage du Miroir, elle reconnaît des têtes comme la famille Justeprix qui s'affaire à diverses élaborations de plans, Holfnar qui plongeait plus dans une transe que dans une méditation avant la bataille, Ten'Jin qui aiguisait ses armes, Zohungaar qui harnachait son Kodo et récupère son épée aiguisée par Ten'Jin, même des personnes comme Raveena Brillechêne et Menetil Coursevent qui avaient rejoint Holfnar à la méditation, rejointe par Kenja. A la proue, accroupis, elle vit Basileia qui scrutait le fond, Nacre volait avec Mannerion. Ces derniers semblaient avoir gagné en puissance draconique. Borgakh s'affairait aux voiles, Trichlieu, Grimline et Lunabelle, tout ce petit monde examinait les armures de chacun. Un dragonnet noir rejoint Mannerion, Nacre se montrait protectrice et semblait mettre le petit en garde. Luk et Edith fonçaient sur une épaisse plaque de givre, suivis par d'autres cavaliers de la mort et chamans qui avaient décidé de mettre pied à eau pour tirer les barques. Basileia et Xano montèrent sur leurs drakes respectifs. Nacre était entourée d'une très légère fumée verte aux reflets dorés. Kazum détourne son attention sur la terre de Durotar. Elle les vit. Ces incalculables Kor'krons et Kor'kronnes. Un seul et même rugissement caractéristique des Raptors se fit entendre. Une vague de maléfices Vaudous en tous genres se laissait deviner. Des Taurens chevauchant des Kodos en armure de guerre chantaient des chants de guerre. Venant du Nord, les gracieux, mais féroces Dents de Sabres de Darnassus qui transportaient les agiles Elfes de la Nuit.

Kazum : Pourquoi ?

L'impact est imminent. Même les représentants de toutes les races d'Azeroth et Draenor se joignaient contre ces Kor'krons aveuglés par une rage de combat. Le fracas était tel qu'il rendrait sourd. Kazum cherche sa soeur du regard. Basileia avait pris un autre chemin. Malgré sa nature draconique, Nacre était agile au combat, et surtout au vol. Elle ne faisait qu'un avec le vent. Comme Astréos. La conque d'Astréos ! Quiconque a cette conque sera en mesure d'appeler le dragon des vents de Sallen ! Kazum sortit de sa vision et ouvre les yeux. Elle était illuminée par une faible lueur solaire. Elle était assez faible. Ses tortionnaires semblaient revenir. Sauf qu'il s'agissait des orphelins.

Kazum : Sortez de là, c'est dangereux pour vous !
Orphelin 1 : Et puis quoi, encore, Nounou ?
Kazum : R... Rod ?!

Rod était un adolescent Orc armé d'un lance-pierres qui avait fait ses preuves. Dans ses souvenirs, Kazum avait un mal fou pour garder Rod en place, elle devait déborder d'imagination pour l'occuper.

Rod : Kodama, occupe-toi de ces chaînes, Nue, aide-le.

Kodama était un jeune Tauren. Il était calme, gentil comme tout, mais fort comme trois Orcs. Et Nue était un Troll que Kazum avait recueilli bébé. Elle connaissait l'histoire de chaque orphelins. Les parents de Rod étaient des Orcs partis avec l'Offensive Chanteguerre. Ils ont été tués et dévorés par des Nérubiens. Kodama, ces parents étaient tués dans la première attaque des Centaures contre l'alliance de Thrall avec Cairne. Et Nue, ses parents étaient noyés lors d'une tempête en mer. Kazum se sentait honteuse d'avoir abandonné ces orphelins quand ils avaient besoin d'elle.

Kazum : Je... Je vous ai tourné le dos quand vous aviez fortement besoin de moi... P... Pourquoi ?
Nue : Pour te réapprendre à ne plus recommencer...
Kodama: Allez, viens, Nounou.
Rod : J'entends qui approchent !

Kazum ne put s'empêcher de pleurer une fois libérée. Kodama était assez grand pour la porter sur son dos. Elle avait quand même assez de volonté pour prendre la conque d'Astréos. Nue fit sortir des serpents de leurs sacs, Rod avait un distributeur à projectiles sphériques accroché à la ceinture. L'eau qui sortait de ses yeux formait un bouclier de brume, absorbant la sueur que dégageaient les adolescents et elle-même. La brume se concentre en une sorte de bouclier d'eau. Kazum tend la main jusqu'au bouclier et l'empoigne vivement en murmurant des paroles en Kalimag Aquatique.

Rod : Alors c'est vrai ? Tu es bien devenue une Chamane Aquatique ? Waow.
Kodama : On n'a pas le temps, Rod. Et Nounou n'est pas sortable ainsi. Je te rappelle qu'elle est nue.
Nue : Ayayay... Gardez l'entrée que je lui fasse au moins de quoi sortir sans faire un appel au viol.
Kazum : Un slip suffira, Nue. Kodama, dans les coffres, ils ont mis mes armes. Une dague de perles et une dague de Kul'Tiras. Il y a également ma tenue de voleuse à l'Orphelinat.
Rod : Déjà remise ?
Kazum : Il faut plus que ça pour m'affaiblir, Rod.

Elle sourit aux adolescents qui la regardent non plus comme une Nounou, mais comme une mère. Kodama tend finalement les quatre anneaux capillaires à Kazum. Celle-ci en donne un à chacun.

Kazum : Rod. Le tien a des perles. Elles sont plus précises que les graviers des rivières. Nue, le tien contient des dards aussi perçants que les crocs de serpent, mais aussi résistants qu'un alliage d'acier et d'or. Kodama, le tient est en fait un ruban fin comme une tresse de Trollesse, mais résistant comme un fil de pêche gobelin. Utilise la base. Le fil est coupant.

Elle se fait une longue tresse avec son dernier anneau qui était fini avec une lame, comme une natte de Draeneï. Nue lui tend le slip qu'il avait grossièrement fabriqué avec des morceaux de tissus. Rod menait l'évasion, jusqu'à être bloqué par quelques Kor'krons, bousculés par une énorme masse blanche aux pics dorés. Un rugissement se fait entendre.

Rod : Qu'est-ce que... Wooooow... Un Dragon Blanc !
Kazum : Nacre ?!
Nacre : On vous couvre. Il te faut quelque chose ?
Kazum : Protection rapprochée des gosses. Je dois récupérer ma tenue de Voleuse.
Nacre : Ca ? J'en ai profité pour visiter chez vous. C'est quoi cette conque ? * tend un sac avec le nom humain de Kazum : Perla*

Un projectile de feu fonce sur Nacre, mais une ombre noire la dévie. La dragonne utilise ses ailes comme bouclier.

Mannerion : On y va ! Quelle est la meilleure façon de sortir ?
Kazum : Toutes les issues terrestres sont bloquées. Mannerion, prends Rod et Nue. Nacre, tu prends Kodama.
Orphelins : Et toi ?!

Elle s'était habillée, en tenue de Voleuse. Elle n'avait pas l'air d'avoir perdu la main. L'eau avait soigné la plupart de ses blessures. Elle ordonna fermement aux adolescents de monter avec les dragons.

Kazum : S'ils sont tués, je vous retrouve et je vous tue, vous dépèce et transforme votre peau pour leur fabriquer des vêtements funéraires ! Profitez de la balade, les enfants. Accrochez-vous.
Nue : Kazum, nan !

Les dragons s'envolent. Kazum connait le terrain comme sa poche. Même les meilleurs architectes ne peuvent pas faire des modifications aussi énormes.
Elle esquive les quelques kor'krons, faisant appel aux rares points d'eau d'Orgrimmar. Même le Loa-Serpent protecteur s'y mettait. Elle se montrait agile, impossible à attraper, glissant comme une anguille, mordant comme un serpent, griffant comme un scorpion avec sa natte. Elle sentait quelque chose bouger dans son dos : un tatouage Pandaren représentant un serpent blanc. Son épaule gauche était protégée par un tatouage Troll représentant une tortue. Agile comme un serpent, solide comme une tortue.

Elle continua à se frayer un chemin, et le vit : Eitrigg, mortellement blessé. Elle se baissait pour récupérer le vieil Orc et le sortir hors de là. Taretha, la louve de Kazum bousculait et mordait tous ceux qui osaient se mettre en travers de son chemin. Kazum mit Eitrigg sur le dos de Taretha, et monte sur son dos. D'instinct, elle le dirige jusqu'au Miroir. Le poids était cependant trop lourd pour la louve. Elle sort la conque et souffle dedans. Elle n'entendit rien, mais les vents s'agitent. Elle vit une forme draconique peu commune fondre sur eux et rageant comme une tempête. Kazum, qui n'avait jamais osé regarder un dragon pareil dans les yeux, le fit. Le regard de l'Orque était complexe. Mais le dragon en face d'elle lui accorde tout de même son aide. L'échange de regard dura quelques secondes. Le dragon utilise sa foudre pour éloigner les Kor'krons qui le voulaient. Le dragon lui accorde une chevauchée jusqu'au Miroir pour qu'elle s'occupe d'Eitrigg. L'Orc à la barre les vit approcher.

Orc : Petite soeur...

~Actuellement.~

Kazum : HEIN ?!

Elle se réveille en sursaut. Le serpent blanc d'Atal-Dwamballa la regarde, interrogateur. Kazum caresse le serpent qui lui lèche les gouttes de sueur sur le visage.


http://fc07.deviantart.net/fs71/i/2013/266/c/f/orphelins_protecteurs_by_bas…


Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:38 (2018)    Sujet du message: [Archive BackGround] L'Orque à natte blanche.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Clan Regashi Index du Forum -> Histoire du Clan -> Archives du Clan Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
onyx © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com